[Total : 2    Moyenne : 5/5]

La poudre de baobab bio est excellente pour la santé, grâce à ses innombrables vertus. Ci-dessous, vous en apprendez plus sur l’arbre du Baobab, l’Adansonia digitata.

Le « plus gros arbre du monde »

Originaire des régions xérothermiques et seulement absent des forêts ombrophiles, le baobab présente un tronc qui peut mesurer jusqu’à une dizaine de mètres de diamètre. C’est un énorme réservoir d’eau et les chauves-souris nichent dans ses cavités. Elles sont d’ailleurs le moteur principal de la pollinisation, attirées par le fort parfum des fleurs du baobab. Celles-ci sont blanches, pendantes, à cinq pétales soudés et nectarifères.

L’emblème du Sénégal

Les différents organes du baobab sont traditionnellement très largement utilisés au Sénégal et dans de nombreux autres pays africains, et entrent dans la fabrication de matériaux, la composition de plats, ou sont simplement consommés tels quels.

Ecorce de Baobab

Ecorce de Baobab

Le fruit est le « pain de singe », il peut être consommé, et principalement la poudre de sa pulpe qui entre dans la composition de plusieurs boissons. Il contient de nombreuses graines, qui elles aussi sont souvent directement consommées, grillées. On peut par ailleurs en extraire une huile végétale, ou bien les torréfier et en faire un substitut au café. Les feuilles du baobab se consomment bouillies, ou peuvent servir de fourrage aux bêtes (elles tombent à la saison sèche). Les jeunes pousses peuvent aussi être consommées, comme des asperges. Enfin, l’écorce, qui se régénère chez le baobab, est fibreuse et sert à la fabrication de cordes ; la sève, elle, entre dans la composition de la pâte à papier.
En médecine traditionnelle africaine, la pulpe des fruits, l’écorce et les feuilles sont aussi largement utilisées pour leurs propriétés anti-diarrhéiques, fébrifuges ou anti-inflammatoires.

Conseils de culture

Commencer un plant de baobab n’est pas très compliqué. Semez les graines dans un terreau maintenu au chaud et à l’humidité (dans un bac placé proche d’une source de chaleur, régulièrement humidifié et couvert pour maintenir une forte humidité par exemple). Les premières années, repiquez régulièrement vos plants de baobab (tous les deux à trois ans, selon la croissance). L’espèce est également adaptée à la réalisation de bonsaïs. Attention tout de même, certains individus peuvent vivre jusqu’à 2000 ans !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*