[Total : 7    Moyenne : 3.4/5]

La poudre de baobab bio contient d’excellentes vitamines et nutriments permettant de se maintenir en bonne santé au quotidien.

Arbre typique de l’Afrique tropicale sèche, le baobab est l’emblème du Sénégal. Ce géant des savanes africaines ne peut pas survivre en pleine terre en France métropolitaine. En revanche, il est possible d’accueillir un baobab chez soi car un jeune plant peut se cultiver comme plante d’intérieur !

Adansonia grandidieri le Baobab de Madagascar

Adansonia grandidieri le Baobab de Madagascar

L’arbre des savanes africaines

Le baobab africain ou Adansonia digitata est un arbre de la famille des Bombacacées. Présent sur tout le continent africain, c’est un arbre de croissance lente qui peut avoir une longévité exceptionnelle.

Adansonia digitata est la plus connue des 8 espèces de baobabs, à savoir :

• Adansonia grandidieri
• Adansonia madagascarensis
• Adansonia perrieri
• Adansonia rubrostipa
• Adansonia suarezensis
• Adansonia za
• Adansonia gibossa,
Les six premières espèces de la liste sont endémiques à Madagascar tandis que la dernière pousse au nord-ouest de l’Australie.

A quoi ressemble un baobab ?

Le baobab d’Afrique est souvent plus large que haut : il peut atteindre plus de 14 mètres de hauteur pour 38 mètres de circonférence ! Il possède un tronc ventru, au bois mou gorgé d’eau (ce qui lui a valu le surnom d’”arbre bouteille”). Il se reconnaît facilement à cause de sa silhouette particulière.

Il se caractérise par une écorce grise et fibreuse, capable de se régénérer. Ses fleurs blanches pendantes sont semblables à celles des hibiscus et émettent un parfum qui attire les chauves-souris. Ce sont les roussettes qui assurent la pollinisation croisée de ces arbres.

Le fruit du baobab ou pain de singe a une forme oblongue et contient plusieurs centaines de graines. Le nom de “baobab” vient d’ailleurs de l’arabe bu hibab, “fruit à nombreuses graines“.

Un arbre à tout faire

En Afrique, le baobab est appelé “l’arbre magique”, “l’arbre pharmacien” ou encore “l’arbre de la vie”. Les différentes parties de cet arbre sont en effet utilisées dans l’alimentation et dans la pharmacopée traditionnelle africaine.

Les fruits, les graines et les feuilles des baobabs bio sont comestibles :
• les fruits appelés “pain de singe” ont un goût acidulé et sont très riches en vitamines et en calcium
• les graines se consomment grillées et on peut en extraire une huile alimentaire
• les jeunes pousses et les racines des jeunes plants se mangent comme des asperges
• les feuilles se consomment bouillies ou séchées.

Le baobab entre dans la composition de nombreux remèdes :
• la décoction de la pulpe sèche du fruit est utilisée comme antidiarrhéique et comme fébrifuge
• la décoction de feuille est utilisée contre le paludisme

L’écorce fibreuse de cet arbre sert à confectionner cordes et cordages. En revanche, son bois est trop mou et gorgé d’eau pour être utilisé.

Une plante d’intérieur originale

Le baobab se prête bien à la culture en pot, en tant que bonsaï ou plante d’intérieur. Il supporte les températures des appartements et demande peu de soins.
Il a besoin de soleil et supporte d’être placé derrière une fenêtre bien ensoleillée.
Il est peu exigeant quant à la nature du substrat, à condition que celui-ci soit bien drainant.

Si vous oubliez souvent d’arroser vos plantes, le baobab est fait pour vous, car il ne craint pas le manque d’eau.
Arrosez-le une fois par semaine en été.
En automne, vous verrez ses feuilles jaunir et tomber car c’est un arbre caduc. Pendant cette période de repos, limitez l’arrosage à seulement une fois par mois.

Quand il reverdit au printemps, vous pouvez le sortir à l’extérieur à condition que la température ne descende pas en dessous de 15°C la nuit.
Vous pouvez aussi tailler ses branches quand elles deviennent trop longues.


[Total : 5    Moyenne : 3.8/5]

La poudre de baobab bio est excellente pour la santé, grâce à ses innombrables vertus. Ci-dessous, vous en apprendez plus sur l’arbre du Baobab, l’Adansonia digitata.

Le « plus gros arbre du monde »

Originaire des régions xérothermiques et seulement absent des forêts ombrophiles, le baobab présente un tronc qui peut mesurer jusqu’à une dizaine de mètres de diamètre. C’est un énorme réservoir d’eau et les chauves-souris nichent dans ses cavités. Elles sont d’ailleurs le moteur principal de la pollinisation, attirées par le fort parfum des fleurs du baobab. Celles-ci sont blanches, pendantes, à cinq pétales soudés et nectarifères.

L’emblème du Sénégal

Les différents organes du baobab sont traditionnellement très largement utilisés au Sénégal et dans de nombreux autres pays africains, et entrent dans la fabrication de matériaux, la composition de plats, ou sont simplement consommés tels quels.

Ecorce de Baobab

Ecorce de Baobab

Le fruit est le « pain de singe », il peut être consommé, et principalement la poudre de sa pulpe qui entre dans la composition de plusieurs boissons. Il contient de nombreuses graines, qui elles aussi sont souvent directement consommées, grillées. On peut par ailleurs en extraire une huile végétale, ou bien les torréfier et en faire un substitut au café. Les feuilles du baobab se consomment bouillies, ou peuvent servir de fourrage aux bêtes (elles tombent à la saison sèche). Les jeunes pousses peuvent aussi être consommées, comme des asperges. Enfin, l’écorce, qui se régénère chez le baobab, est fibreuse et sert à la fabrication de cordes ; la sève, elle, entre dans la composition de la pâte à papier.
En médecine traditionnelle africaine, la pulpe des fruits, l’écorce et les feuilles sont aussi largement utilisées pour leurs propriétés anti-diarrhéiques, fébrifuges ou anti-inflammatoires.

Conseils de culture

Commencer un plant de baobab n’est pas très compliqué. Semez les graines dans un terreau maintenu au chaud et à l’humidité (dans un bac placé proche d’une source de chaleur, régulièrement humidifié et couvert pour maintenir une forte humidité par exemple). Les premières années, repiquez régulièrement vos plants de baobab (tous les deux à trois ans, selon la croissance). L’espèce est également adaptée à la réalisation de bonsaïs. Attention tout de même, certains individus peuvent vivre jusqu’à 2000 ans !